En déplacement au Caire avec l’AP-OTAN

Du 26 au 29 septembre je serai au Caire, en Egypte, en tant que membre de la commission de l’assemblée parlementaire de l’OTAN en charge de la dimension civile de la sécurité. En effet, en vue de nourrir la réflexion et les travaux de cette commission, son président, le portugais Vitalino Canas, a souhaité que nous nous rendions sur place pour aborder avec les autorités égyptiennes plusieurs questions relatives à la sécurité : les relations Egypte-OTAN, les conséquences de l’instabilité dans la région Moyen-Orient-Afrique du nord sur la politique égyptienne, la contribution de l’Egypte à la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent, le renforcement des institutions démocratiques et la crise des réfugiés.

cttlbfjxyaa2qs6

Depuis l’arrivée au pouvoir de Son Excellence Abdel Fattah al-Sissi, Président de la République arabe d’Egypte, en 2013, la France et l’Egypte ont tissé des liens forts avec la mise en place d’une étroite coopération militaire. En matière navale, notamment, le groupe français DCNS vient de livrer à l’Egypte le bâtiment de projection et de commandement (BPC) « Anouar El Sadate » (porte-hélicoptères), après avoir déjà livré en juin le BPC « Gamal Abdel Nasser » (ces BPC étaient initialement prévus pour la Russie mais le contrat avait été résilié après le conflit en Crimée en 2014). L’Egypte entend se servir de ces équipements pour commander la flotte navale engagée dans des opérations de lutte contre le terrorisme et contre la piraterie en Méditerranée. DCNS prévoit encore de livrer à l’Egypte 4 navires de combat de 100m de long (Corvette), dans les 2 ans. Et précédemment, l’Egypte avait déjà commandé 24 avions de combat Rafale (Dassault aviation) à la France.

Par ailleurs, la France et l’Egypte se rejoignent dans le combat contre la radicalisation religieuse et la lutte contre le terrorisme, l’Egypte ayant elle aussi été touchée par une série d’attentats au début de l’année 2016 (attaque dans un hôtel au bord de la mer Rouge, attaque d’un car de touristes près des pyramides…).. Ainsi, le Président al-Sissi se veut actif dans la lutte contre l’extrémisme religieux. Il défend un islam modéré, opposé au projet des Frères musulmans qui veulent revenir au mode de vie des compagnons du prophète Mahomet. Et, pour combattre le terrorisme, il privilégie une approche culturelle plutôt que militaire, cherchant à rénover le discours religieux pour l’expurger des idées fausses qui tendent à légitimer la violence.

S’agissant de ses relations avec l’OTAN, qui intéressent plus spécifiquement ce déplacement, l’Egypte fait partie des 7 pays de la rive sud de la Méditerranée qui sont engagés, depuis 1995, dans une coopération avec l’alliance atlantiste (le « Dialogue méditerranéen ») en vue d’assurer la sécurité et la stabilité dans cette région.

Au programme de ce séjour :

LUNDI 26 SEPTEMBRE :
– Table-ronde avec des ambassadeurs des pays membres de l’OTAN, sur la coopération OTAN-Egypte
– Réunion avec Ali Abdel Aal, président de la chambre des représentants,
–> Ma question sera la suivante : « Les grandes orientations relatives aux relations internationales, à la sécurité et à la défense font-elles l’objet d’un relatif consensus chez les parlementaires égyptiens ou bien au contraire révèlent-elles des clivages très prononcés ? »
– Réunion avec les membres du parlement (commissions des affaires étrangères et de la défense),
– Table-ronde avec des experts indépendants.

MARDI 27 SEPTEMBRE :
– Réunion avec S.E. M. Abdel Fattah al-Sissi, président de la République arabe d’Egypte
– Réunion avec Sameh Hassan Shoukry, ministre des Affaires étrangères,
–> Ma question sera la suivante : « Quel est votre diagnostic sur le partenariat OTAN-Egypte et comment pourrait-il progresser ? »
– Réunion avec le colonel Général Sedki Sobhi Sayyid Ahmed, ministre de la Défense,
–> Ma question sera la suivante : « Quel est votre diagnostic sur le partenariat OTAN-Egypte et comment pourrait-il progresser ? »
– Réunion avec les représentants chargés de la lutte contre le terrorisme.

MERCREDI 28 SEPTEMBRE :
– Réunion avec M. Magdy Abdel Ghaffar, ministre de l’Intérieur,
–> Ma question sera la suivante : « Avez-vous, comme la France, mis en place des centres de déradicalisation ? Si oui, quelles recommandations nous donneriez-vous pour qu’ils puissent atteindre leurs objectifs ? »
– Réunion avec des représentants religieux influents – dont Ahmed el-Tayeb, le Grand Imam de la mosquée al-Azhar – au sujet des défis posés par le radicalisme et l’extrémisme.
–> Ma question sera la suivante : « L’Egypte, comme la France, a à cœur de lutter contre la radicalisation qui nourrit le terrorisme extrémiste. Comment agissez-vous lorsque vous détectez, lors de la formation religieuse ou de l’exercice des cultes, des personnes qui incitent au terrorisme ou à l’extrémisme ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>