Découvrez mon interview donnée à l’Est Républicain : le point sur mon bilan, les élections à venir…

A lire sur le site de l’Est Républicain : ICI

Vous ne serez pas candidat à votre succession aux prochaines échéances législatives. Vous pensez que ce serait le mandat de trop ?

Après trente-quatre ans de vie publique, j’ai décidé de me retirer de la vie politique. C’est effectivement une tranche de vie qui se tourne. Mais il est temps de laisser la place au renouvellement des générations. Je souhaite que le ou la candidat(e) désigné(e) par le parti puisse incarner au mieux le renouveau et l’éthique politique dont le pays a besoin.

Pour autant, je ne suis pas serein, car en tant que membre de la commission de la Défense et membre de l’assemblée parlementaire de l’Otan, j’ai beaucoup voyagé et pu prendre le pouls de la situation géopolitique. L’instabilité qui caractérise aujourd’hui l’état du monde, la menace terroriste, mais aussi le péril écologique sont autant de défis laissés à la charge des générations à venir. Au plan intérieur, les enjeux sont importants. La façon de faire de la politique a changé, le système des partis est en crise, la confiance envers les élus est au plus bas. Je crains la victoire du populisme et de la démagogie. C’est pourquoi il est indispensable de faire émerger une nouvelle classe politique, composée d’hommes et de femmes jeunes et dynamiques, audacieux, courageux.

Est-ce que vous pensez que le nombre de mandats devrait être réglementé ?

En effet, je pense que trois mandats, c’est bien. C’est une bonne jauge. Néanmoins je pense que d’avoir une expérience locale, cela apporte beaucoup. Pour mon second mandat le fait d’avoir laissé la mairie m’a permis d’être plus disponible.

Comment avez-vous vécu ces mandats ?

Les deux mandats ont été très différents. De 2007 à 2012, dans l’opposition j’ai vécu un mandat plutôt confortable, cantonné au contrôle de l’action du gouvernement. En revanche, ce second mandat dans la majorité, s’est avéré plus périlleux. Non seulement nous avons dû faire face à un contexte sécuritaire d’une gravité inédite, mais mon groupe politique s’est déchiré sur des questions de fond, sans parvenir à se rassembler.

Quels sont les dossiers marquants ?

En tant que député d’un département rural et ancien élu local, mon fil conducteur a toujours été de favoriser des décisions politiques permettant aux territoires ruraux de conserver leur dynamisme, car très attaché à l’aménagement du territoire.

Dès l’annonce de la fermeture de la prison de Lure, j’ai été l’un des premiers à militer pour la construction d’un nouvel établissement pénitentiaire. Autre dossier sensible, sur lequel je me suis beaucoup investi est la désertification médicale en Haute-Saône où le nombre de médecins par habitant est bien inférieur à la moyenne nationale.

Je me suis impliqué dans la commission défense parce qu’à une époque la base aérienne de Luxeuil était menacée et il fallait défendre son maintien. Depuis, la BA 116 a été confirmée. Elle a même été renforcée.

J’ai fait partie de la commission d’enquête sur les moyens mis en œuvre par l’Etat pour lutter contre le terrorisme. Ce fut un temps fort de mon mandat, sur le plan professionnel mais aussi et surtout au plan humain. Cela marque une vie.

Parmi vos priorités pour l’avenir ?

Il est indispensable de rassembler la jeunesse et de recréer de la cohésion, autour des valeurs de la République. Je crois beaucoup en un nouveau service civique obligatoire qui comporterait un volet théorique, une sorte de classe républicaine de quelques semaines et un volet pratique avec la possibilité de faire durant deux mois l’expérience de l’engagement, que ce soit dans le domaine civil ou miliaire.

Enfin, concernant les présidentielles de 2017, vous pensez que François Hollande peut encore être réélu ?

Je ne crois pas que François Hollande, puisse être encore aujourd’hui le candidat du Parti socialiste. Il a perdu la plupart de ses soutiens. Un Président de la République ne peut pas se laisser aller à des commentaires. Les propos tenus dans le livre tant décrié sont inexcusables.

Ch.L. :

sans-titre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protection anti-spam *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>